ACTUALITÉS / ARCHIVES / ASSOCIATION / CONTACT



CINÉMA-MUSÉES : LAND ART
NANCY HOLT ET ROBERT SMITHSON

MARDI 20 NOVEMBRE 2007 — 19 H — ENTRÉE LIBRE

Auditorium du Musée des Beaux-Arts de Rouen
Esplanade Marcel Duchamp — 76 000 ROUEN

Robert Smithson et Nancy Holt ont travaillé ensemble sur plusieurs projets au tournant des années 1970. Cette séance met en lumière, pour chacun, une de leurs œuvres de land art les plus connues, ainsi qu’une réalisation commune, Swamp,
qui définit les limites de leur collaboration.

Swamp

Nancy HOLT et Robert SMITHSON

1971 | 16 mm | couleur | sonore | 6'

Swamp est un jeu de pistes sans piste, dans lequel Robert Smithson dirige Nancy Holt, à la caméra, à la recherche d’un chemin dans les roseaux d’un marais dans le New Jersey. La forme visuelle s’affirme tandis que la volonté de construire s’épuise.

Spiral Jetty

Robert SMITHSON

1970 | 16 mm | couleur | 35'

Ce film se veut un reflet de la sculpture elle-même. De retour à New York, confronté à l’incohérence de ses prises de vues de l’Utah, Robert Smithson entreprend, avec l’aide de Bob Fiore et Barbara Jarvis, de mettre en forme les images anarchiques de la période de construction et d’achèvement de la pièce. La descente en hélicoptère vers la spirale situe le spectateur dans le lieu, inévitablement boue, sel et eau, dans toutes les directions sauf le nord, autrement dit, Smithson nous situe au milieu de nulle part. La même descente indique l’enjeu du film, un mouvement vertigineux qui cherche son centre, sans jamais pouvoir le définir. Ce manque de définition revient constamment dans le film, nous voyons des séquences qui donnent l’impression d’avancement de la construction, mais les paysages autour deviennent un espace inconsistant pour le spectateur concentré, puisque l’avancement des travaux retourne la route vers un centre qui ne pourrait jamais être atteint. « Cependant, toutes ces invraisemblances s’accommoderaient à mon univers filmique : dérivant parmi des fragments de film, on ne peut leur infuser aucune signification, elles paraissent usées, ossifiées, dégradées et sans intérêt ; cependant, elles sont assez puissantes pour nous projeter dans un vertige lucide. » Robert Smithson

Sun Tunnels

Nancy HOLT

1978 | 16 mm | couleur | sonore | 26'

Sun Tunnels rend compte des pièces de Nancy Holt situées dans le désert de l’Utah. Le film emploi une méthode de pixellisation pour accélérer le déplacement du soleil et les ombres portées qui en résultent. Le positionnement de l’œuvre prend alors une forme cinématographique imperceptible aux visiteurs du lieu.