ACTUALITÉS / ARCHIVES / ASSOCIATION / CONTACT



MARKOPOULOS

MARDI 4 NOVEMBRE 2008 — 19 H — ENTRÉE LIBRE

Auditorium du Musée des Beaux-Arts de Rouen
Place Marcel Duchamp, 76 000 ROUEN

En Lien avec le festival Automne En Normandie

The Illiac Passion

Gregory MARKOPOULOS

1967 | 92'

Gregory Markopoulos est une figure exceptionnelle dans l’histoire du cinéma ;
né à Tolède dans l'Ohio en 1928 de parents grecs, le cinéma est devenu une des passions du garçon, qui crée son premier film à l’âge de 12 ans, ensuite, le jeune homme entama une carrière de réalisateur à 18 ans, avec la trilogie Du sang, de la volupté, et de la mort, terminé en 1948. Riche en couleurs employées de manière symbolique, avec un découpage du récit volontairement interrompu par des flashs évoquant souvenirs sensuels et émotions, procédé que Markopoulos allait développer et complexifier tout au long de sa carrière.

L’ensemble de ses films célèbre à la fois l’innovation esthétique et technique, séduisant le spectateur par leur forme et visant une finalité de « film as film », le cinéma pur. Markopoulos est devenu un artiste incontournable de la scène New Yorkaise des années soixante avant de décider, en 1967, de partir vivre en Grèce avec sa compagne, le cinéaste Robert Beavers. En ce faisant il a également retirer tous ses films de la distribution, fait effacer le chapitre qui lui était consacré dans Visionary Film – The American Avant-Garde de P. Adams Sitney et refusait désormais tout entretien. Ce n’était pas pourtant un acte de destruction de sa part, Markopoulos allait retourner dans la région où est né son père, en Arcadie, pour continuer sa vie d’artiste en dehors d’un système commercial qu’il refusait. Plus tard il allait construire un cinéma en plein air, le Temenos, pour projeter ses films. De la fin des années soixante jusqu’à sa disparition en 1992, Markopoulos n’a cessé de réaliser, mais aussi d’intégrer tous ses anciens films dans un seul d’une durée de quatre-vingts heures, Eniaios. Grâce à Robert Beavers, ces projections continuent, cette année à la fin du mois de juin sur quatre nuits, et tous sont invités à une purge des idées (visuelles) préconçues, et un banquet de l’œuvre de Gregory Markopoulos. Le point de départ de The Illiac Passion est le Prométhée enchaîné d’Eschyle et sa réflexion sur ce que pouvait être les deux autres pièces perdues de la trilogie, Prométhée délivré et Prométhée porte-feu. Prenant trois des personnages d’Eschyle, Prométhée (Richard Beavais), Poseiden (Andy Warhol) et Io (Clara Hoover), Markopoulos introduit des personnages d’autres mythes ; Narcisse et Echo, Icare et Dœdale, et beaucoup d’autres qui se rencontrent dans un voyage sans tabou, aussi bien en termes de ce qui est représenté
que dans la façon dont Markopoulos nous le montre.