ACTUALITÉS / ARCHIVES / ASSOCIATION / CONTACT



FESTIVAL DE CINÉMA ASIATIQUE

LUNDI 16 MARS 2009

Cinéma Les Studios
2, rue des Ursulines, 37 000 TOURS



Dans le cadre du neuvième Festival de cinéma asiatique de Tours,
Work in Progress présente :

Kalighat Athikatha (Kalighat Fetish)

Ashish AVIKUNTHAK

1999 | 22'

Brihannala Ki Khelkaki (Dancing othello)

Ashish AVIKUNTHAK

2002 | 18'

Antaral (End Note)

Ashish AVIKUNTHAK

2005 | 18'

Depuis la fin des années 1990, Ashish Avikunthak pratique une forme de cinéma expérimental, le Prayoga (mot Sanskrit signifiant à la fois expérience et représentation), en marge de ses recherches en anthropologie et en archéologie. Autofinancés, ses courts films ont eu beaucoup d’impact dans plusieurs festivals autour du monde. Kalighat Fetish a obtenu le prix du meilleur documentaire en 2001 au Tampere Film Festival en Finlande. Ses films ont également été présentés dans de grands musées, à la Tate Moderne, Londres, au Centre Georges Pompidou, Paris, par exemple. Ashish Avikunthak enseigne actuellement à l’Université de Yale. Des dualités rituelles se croisent dans ses films, souvent en référence directe avec le théâtre occidental, tel Va et vient de Samuel Beckett dans Antaral (End Note), un film réalisé 2005 dans lequel trois femmes qui partagent un étrange secret se souviennent de leurs années d’école et revivent d’anciennes amitiés. Shakespeare est évoqué dans Brihannala Ki Khelkaki (Dancing Othello), lors d’une rencontre pleine d’ironie avec Kathakali, le théâtre gestuel de la région du Kerala dans le sud de l’Inde. Ce film traite de la dualité associée à la vénération de Kali, déesse de la ville de Calcutta. Dans Kalighat Athikatha (Kalighat Fetish), Avikunthak cherche des liens entre l’inconscient et la construction du rituel du culte de Kali.



MERCREDI 18 MARS 2009

Salle de conférence — École supérieure des beaux-arts de Tours
Jardin François 1er, 37 000 TOURS

Maze Luna

Jun'ichi OKUYAMA

2008 | 16 mm | noir et blanc | sonore | 5'

Portland, Oregon 1931

Ichiro SUEOKA

2008 | 16 mm | noir et blanc | sonore | 10'

Pilg Image of Time

Yo OTA

2008 | 16 mm | couleur | sonore | 14'

A Flat. Split Reel

Ryusuke ITO

2008 | 16 mm | couleur | sonore | 5'

Blur

Keitaro OSHIMA

2008 | 16 mm | noir et blanc | sonore | 5'

Angel - The Place Where We Were

Naoyuki TSUJI

2008 | 16 mm | noir et blanc | sonore | 5'

Nagareruyôni Tsumuguyôni

Akira MIZUYOSHI

2008/2009 | 16 mm | couleur | silencieux | 10'

Une fois de plus, nous avons le plaisir d’accueillir Yo Ota avec un ensemble de réalisations récentes japonaises. Cette fois, il nous propose des films qui examinent la matière même de la pellicule ainsi que des films d’animation expérimentaux. Jun’ichi Okoyuma a réalisé Maze Luna en suivant uniquement la procédure chimique du développement du film, ce qui n’a aucun rapport avec la prise de vue. Ichiro Sueoka emploie du Found Footage à l’instar de ses réalisations depuis quelques années, pour son portrait de Portland, Oregon. Ryusuke Ito a utilisé une technique similaire au tirage de la gravure avant d’en faire un tirage contact de ses dessins. Keitaro Oshima, quant à lui, mélange les images de sources aussi bien numériques qu’analogiques dans Blur. Yo Ota montre le film 8 mm qu’il a tourné en France et qu’il a développé lui-même artisanalement, gonflé en 16 mm. Le film d’animation au fusain de Naoyuki Suji présente son univers surréaliste ou micropop. Enfin, Mizoyushi a filmé des paysages dans Nagareruyôni Tsumuguyôni en exploitant jusqu’à sa limite la sensibilité de la pellicule.