ACTUALITÉS / ARCHIVES / ASSOCIATION / CONTACT



FILMS TAIWANAIS

LUNDI 22 MARS 2010 — 19 H 45 — ENTRÉE LIBRE

Cinéma Studios
2 rue des Ursulines, 37 000 TOURS

Invitation à Wan-Shuen Tsai, artiste taiwanaise, qui choisit quelques films et vidéos récents d’artistes taiwanais.

La création de vidéo d’artistes à Taiwan a commencé dans les années 1980. Durant cette période, l’île a connu un grand changement de situation politique, sociale et culturelle. La levée de la loi martiale en 1987 et l’avancée économique ont permis une libre diffusion des informations et un nouveau regard sur l’art et la culture. L’image en mouvement à Taiwan est aussi liée à l’introduction d’œuvres d’art internationales (principalement européennes et américaines), l’accessibilité du magnétoscope familial, la naissance de plusieurs lieux alternatifs, l’apparition de l’art de la performance, au mouvement du théâtre indépendant et expérimental, etc.

Pour des raisons multiples, la pratique artistique à Taiwan est relativement peu présente sur la scène internationale par rapport à l’attentif regard de l’occident porté sur la Chine aujourd’hui. Dans cette séance de vidéos d’artistes taiwanais, sera proposé un aperçu de la scène actuelle, avec quelques artistes appartenant à deux générations : d’abord une sélection des vidéos de jeunes artistes, nés après le milieu des années 1970. Et un film de Chen Chieh-Jen, artiste actif dans plusieurs champs artistiques depuis les années 1980. Aujourd’hui, il est un des artistes les plus importants de sa génération.

Lively

Niu JUN-CHIANG

4'

Lively donne l’impression d’images statiques, tout en nous donnant à ressentir
le passage ou le déplacement du temps. Le processus numérique employé (scan de l’écran d’un ordinateur diffusant des plans fixes) évoque la profondeur d’un espace
et l’enfermement de la mémoire.

Visitor

Wang ya HUI

7'

Dès le début, un ralentissement du temps. En suivant un nuage, le spectateur visite une maison banale et probablement habitée par des personnes âgées. Comme dans un rêve en plein jour, cette visite silencieuse sans « corps » amène une étrange sensation, mêlant à la fois l’intimité et la distance, le potentiel narratif et l’illusion des pixels.

Bloody Beauty

Su HUI-YU

5'

« J’étais un enfant de télé comme on dit. Même maintenant, je regarde encore souvent la télé jusqu’à ce que je m’endorme vraiment. Et la première chose que je fais le matin est d’aller allumer la télé. J’ai souvent tendance à regarder la télé quand je mange.
Si c’est possible, je souhaiterais en installer une dans mes toilettes… La télé occupe une place importante dans ma vie. » Bloody Beauty est une série de travaux en photographie et en vidéo. L’artiste explore depuis plusieurs années le thème des médias de masse, essentiellement la télévision. Dans cette vidéo, il a utilisé une caméra Speedcam et les effets spéciaux récurrents des scènes de violence à la télé ou dans le cinéma : l’explosion de sachets d’hémoglobine.

In the Memories of…

Lin KUAN-MING

7'

« Je voudrais traiter la question de l’éphémère. Que-ce qui est éphémère ? Est-ce l’image elle-même, ou le contenu de l’image ? » L’artiste saisit et condense un moment fort de rencontre du quotidien.

Dandelion

Tsai WAN-SHUEN

4'

Vidéo réalisée durant une résidence dans le centre Est de l’Estonie. Sans signification aucune, un regard gratuit et frivole sur une plante banale.

Lost Contact

kuo i CHEN

7'

« J’avais l’impression d’avoir fabriqué une étoile. » Cette vidéo a fait partie d’une action artistique. Dans une place très passante et commerciale du centre-ville de Taipei, l’artiste a organisé une situation : des jeunes passants reçoivent des ballons rouges, distribués par une personne vêtue d’un T-shirt noir sur lequel est imprimé « les survivants obtiendront la vie éternelle ». Par curiosité, les gens se rassemblent progressivement, jusqu’à ce que quelques milliers de ballons rouges soient lâchés en un instant. Sur un énorme mur de télévisions sur l’immeuble en face apparaît l’image de la foule vue depuis le ballon, elle disparaît progressivement, jusqu’à la perte totale de signal. Ce travail existe aussi sous une version nocturne, plus longue.

Military Court and Prison

Chen CHIEH-JEN

60'

Poursuivant ses réflexions sur l’histoire et le pouvoir, Chen Chieh-Jen explore la relation entre le corps, l’environnement et le temps, à travers une âme qui vit dans un passé récent. Dans une cour militaire et prison politique, à la veille de sa transformation en « monument dédié au droit de l’homme », un prisonnier politique rencontre des sans-emplois et travailleurs étrangers. Ils s’efforcent de constituer un abri provisoire, dans ce lieu de pouvoir absolu, qui est en train de devenir un passé. Mais le corps n’a pas oublié... « Mon intention n’est pas de reconstituer l’histoire. J’aime regarder des problèmes contemporains avec l’enchaînement relatif des événements. » Depuis quelques années, ce lieu situé non loin du centre-ville est devenu un monument pour les droits de l’homme. Mais Chen Chieh-Jen demande : Le mur physique qui enferme le corps a disparu, mais le mur qui contrôle l’esprit est-il encore là ?