ACTUALITÉS / ARCHIVES / ASSOCIATION / CONTACT





13e FESTIVAL DE CINÉMA ASIATIQUE DE TOURS

Cinémas Studio
2, rue des Ursulines, 37 000 TOURS

Participation aux frais :
Abonnés : Tarif plein : 4,60 € / Étudiants : 3,80 €
Non-abonnés : Tarif plein : 8 € / Étudiants : 6,80 €



Programme : cineasia37.wordpress.com


The Exception and the Rule

Karen MIRZA & Brad BUTLER

2009 | U.K./Inde/Pakistan | vidéo | 37'

Le travail de Karen Mirza et Brad Butler est basé sur la collaboration et le dialogue et mêle la réalisation de films, installations, photographies, performance, publications et organisation d’expositions. Leur pratique interroge des termes tels que la participation, l’implication sociale, les rôles traditionnels de l’artiste, du producteur et de l’audience.

Tourné principalement à Karachi, The exception and the Rule (L’exception et la règle, titre d’une pièce de Brecht) utilise une variété de stratégies en négociant consciencieusement des thèmes politiques. Évitant les modes traditionnels du documentaire, le film cadre des activités quotidiennes dans une période de troubles civils, incorporant à la caméra des performances, des interventions publiques et des observations. Cette œuvre complexe fait partie du projet de Mirza et Butler « The Museum of Non Participation » soutenu par Artangel. D’après Mark Webber, London Film Festival mirza-­butler.net

Sleepwalkers’ Caravan

RAQS MEDIA COLLECTIVE

2009 | Inde | vidéo | 11'

Raqs Media Collective a été fondé en 1992 par Jeebesh Bagchi, Monica Narula et Shuddhabrata Sengupta. Le collectif joue une pluralité de rôles, apparaissant comme artistes, occasionnellement comme curators et parfois comme agents provocateurs philosophes.

Ce travail vidéo montre deux sculptures en pierre à l’image de Yaksha (masculin) et Yakshi (féminin), qui, dans différentes traditions indiennes, gardent les trésors naturels enfouis dans la terre. Installées à la Reserve Bank of India en 1950, elles sont ici recréées sur le bord de la rivière. Elles donnent une subjectivité crépusculaire à ce paysage sur lequel leur regard passe, laissant ouverte la question de savoir si ces gardiens des richesses quittent la cité ou y entrent. D’après raqsmediacollective.net

Vakratunda Swaha

Ashish AVIKUNTHAK

2010 | Inde | 35 mm | 22'

Ashish Avikunthak est un cinéaste expérimental qui réalise des films depuis le milieu des années 1990. Il a enseigné l’anthropologie et est maintenant Assistant Professor of Film Media, University of Rhode Island.

En 1997, le dernier jour de la célébration de Ganesh, j’ai filmé un ami en train de plonger une statue du dieu dans la mer, sur la plage de Chowpati à Bombay. Un an plus tard, cet ami s’est suicidé. J’ai réalisé ce film douze ans après. En utilisant cette séquence comme un leitmotiv, ce film est un requiem pour un ami décédé, Girish Dahiwale, et se métamorphose en une enquête existentielle sur l’idée de la mort. D’après avikunthak.com